Le prêt à taux zéro (PTZ) en 2019, comment ça marche ?

Le prêt à taux zéro est reconduit en 2019. En voici les principales caractéristiques.

Le prêt à taux zéro est le principal financement des acquéreurs en accession sociale sécurisée.

 

ptz2016.jpg

Vous êtes un particulier souhaitant acquérir un logement neuf ? Contactez la Coop'HLM de votre région ! Trouvez ces coordonnées en cliquant ici ou consultez les offres de logements sur le portail internet de l’accession sociale sécurisée : bienveo.fr !

Pour les offres de prêt émises à compter du 1er janvier 2019, les modifications apportées au PTZ sont les suivantes.

Pour une acquisition d'un logement neuf :

  • si l'opération est située dans une commune classée A ou B1 ou dans une commune couverte par un contrat de redynamisation de sites de défense (CRSD), le prêt à taux zéro (PTZ) est maintenu dans des conditions inchangées jusqu'au 31 décembre 2021
  • si l'opération est située dans une commune classée B2 ou C, le prêt à taux zéro (PTZ) est maintenu en 2019 et une quotité réduite à 20%. L’article 185 de la loi de finances initiale pour 2019 prévoit cependant que les contrats de location-accession signés avant le 1er janvier 2020 pourront être financés par un PTZ après cette échéance.

Pour une acquisition d'un logement ancien :

  • le prêt à taux zéro est maintenu sous condition de travaux dans les seules zones B2 et C et jusqu’à fin 2021 et peut concerner l'acquisition par le biais de la vente d'immeuble à rénover (VIR)
  • il est maintenu dans le cadre de la vente Hlm sans condition de travaux ni de zonage.

Le ministère de la cohésion des territoires a mis en ligne un simulateur.

Les opérations concernées au 1er janvier 2019

Le PTZ peut être accordé pour financer les opérations suivantes :

  • la construction d’un logement, accompagnée le cas échéant de l’acquisition de droits de construire ou du terrain destiné à la construction de ce logement,
  • l’acquisition d’un logement neuf en vue de sa première occupation,
  • l’acquisition d’un logement en vue de sa première occupation après la réalisation de travaux concourant à la production ou la livraison d’un logement neuf
  • l’acquisition d’un logement ancien détenu par un organisme d’Hlm ou un Sem par l'un de ses locataires,
  • l’acquisition d’un logement ancien dont quotité minimale de travaux d’amélioration est fixée à 25 % du coût total de l’opération, y compris par le biais d'une vente d'immeuble à rénover (VIR) à la condition que les travaux soient réalisés dans un délai de trois ans à compter de l’émission de l’offre de prêt et que le logement soit situé dans une commune classée B2 ou C
Le cumul d’un PTZ et d’un prêt social location-accession (PSLA) est autorisé pour financer les levées d’option. Cependant, en l’état actuel des textes, le PTZ ne pourra être mobilisé dans le cas ou la levée d’option est le fait de ménages qui ne sont pas les titulaires initiaux du contrat de location-accession car le transfert du contrat assimile le logement à un logement « ancien ».

Conditions à remplir par l’emprunteur

Condition de première propriété

Le ou les emprunteurs du PTZ ne doivent pas avoir été propriétaires de leur résidence principale au cours des deux dernières années précédant l’offre de prêt.

Cette condition concerne le ou les emprunteurs et non l’ensemble des occupants destinés à occuper le logement financé avec le prêt.

Condition d'occupation à titre de résidence principale

L’occupation du logement doit intervenir dans un délai d’un an à compter de la déclaration d’achèvement des travaux ou de l’acquisition du logement si celle-ci est postérieure.

Cette règle souffre de deux exceptions qui justifient la mise en location du logement :

  • lorsque le logement est destiné à être occupé par l’emprunteur à compter de son départ à la retraite, l'obligation d'occupation du logement peut être retardé jusqu'à la 6ème année après la DAT
  • lorsque l’emprunteur est appelé à quitter sa résidence du fait de la survenance d’événements visés par la réglementation : mobilité professionnelle entraînant un trajet d’au moins 50 km entre le nouveau lieu de travail et le logement financé ou un temps de trajet aller au moins égal à 1h30, décès, divorce, dissolution d’un PACS, invalidité ou incapacité reconnue par la délivrance d’une carte d’invalidité par la commission des droits et de l’autonomie des personnes handicapées, chômage d’une durée supérieure à un an attestée par l’inscription à Pôle emploi

Dans les deux cas, cette mise en location doit respecter les règles suivantes :

  • le loyer et les revenus des locataires doivent respecter les plafonds PLS
  • une déclaration doit être faite auprès de l’établissement prêteur
  • la durée durée maximale de mise en location est de six ans

Le logement ne peut être ni affecté à la location saisonnière ou meublée, ni utilisé comme résidence secondaire, ni occupé à titre d’accessoire d’un contrat de travail. Il peut être utilisé par l’emprunteur ou l’un des occupants du logement à titre accessoire pour un usage commercial ou professionnel dès lors que la surface affectée à cette activité n’excède pas 15 % la surface financée.

Passé le délai de six ans, l’emprunteur est libre de l’usage du logement financé.

Condition de ressources

Pour bénéficier d'un prêt à taux zéro, le ou les emprunteur(s) doivent respecter les plafonds suivants :

ptz18.jpg

La quotité du prêt à taux zéro

Le montant du prêt à taux zéro est égal au produit d’une quotité par le montant de l’opération apprécié dans la limite d’un plafond. Il ne peut excéder le montant du ou des autres prêts d’une durée au moins égale à deux ans concourant au financement de l'opération.

Nature de l'opération Zone A et B1 Zone B2 et C
Logement neuf 40% 20%
Logement ancien avec travaux non éligible 40%
Vente d'un logement social à son occupant 10% 10%

Les conditions de remboursement du PTZ

Elles varient en fonction du niveau des ressources du ou des emprunteurs et de celles des personnes occupant le logement à titre de résidence principale. A compter du 1er janvier 2016, les tranches de revenus passent de 5 à 3. Les ménages de la tranche 2 voient leur différé allonger de 2 ans et les ménages de la tranche 3 bénéficient d’un différé de remboursement de 5 ans.
ptz016.jpg