Inscrivez vous
à notre lettre hebdomadaire !

La mobilité résidentielle des locataires du parc social

Mise à jour : 15/03/2016

Eclairages n°1°, février 2016, 8 pages.

La mobilité résidentielle des ménages du parc social décroît fortement avec l’âge. À l’inverse, les événements tels qu’une installation en couple, la naissance d’un enfant ou une séparation poussent les locataires d’un logement social à déménager. Les revenus constituent le troisième facteur déterminant de la mobilité résidentielle, les plus modestes et les plus aisés étant les plus mobiles. Les ménages du parc social aux revenus médians déménagent moins souvent car d’un côté, ils ne sont pas assurés de pouvoir bénéficier d’un logement social s’ils déménagent et de l’autre, ils n’ont pas les moyens suffisants pour devenir locataires du secteur libre ou accéder à la propriété.

Documents associés Documents associés
A voir sur le net A voir sur le net
 
 Lire Eclairages n°10
 
Version imprimable de cet article
envoyer l'article par mail
réduire
augmenter
Lire aussi Lire aussi
 Accéder à la propriété : les aides des collectivités locales en 2016, éléments de synthèse
 Evaluation du prêt social location-accession : la Fédération des Coop’HLM salue un rapport qui va dans le bon sens
 Rapport d’information sur l’évaluation des aides à l’accession à la propriété
 Les éléments constitutifs de l’attractivité des produits en accession sociale
 Les aides de l’État à l’accession à la propriété