Inscrivez vous
à notre lettre hebdomadaire !

Le prêt social location-accession (PSLA) : comment ça marche ?

Mise à jour : 23/08/2013
Le prêt social location-accession (PSLA) est un dispositif d’accession à la propriété mis en place par les pouvoirs publics en 2004. Il s’adresse à des ménages sous plafonds de ressources qui achètent leur logement neuf situé dans une opération agréée par l’Etat pour être éligible aux financements PSLA.

Cette note résume le principe du PSLA du point de vue de l’opérateur.

Nous vous invitons en parallèle à vous reporter :
Si vous êtes un particulier recherchant un logement PSLA, nous vous invitons à contacter les coopératives d’Hlm proches de votre domicile en consultant notre annuaire. Vous pouvez également trouver des informations détaillées sur notre site www.habitat.coop ainsi que des offres de logements neufs proposés par les coopératives d’Hlm sur le site proprietairemaintenant.fr.

 


Le principe de la location-accession

Le mécanisme de location-accession permet à des ménages sans apport personnel d’acquérir le logement qu’ils occupent avec un statut de locataires. Les opérations réalisées dans le cadre de ce dispositif comportent deux phases. Au cours de la première, le logement est financé, comme dans le cas d’une opération locative classique, par un opérateur Hlm. Le ménage qui occupe le logement acquitte une redevance composée d’une indemnité d’occupation incluant les frais de gestion, et d’une épargne (la « part acquisitive »). A l’issue de cette première phase, dont la durée peut être variable, le ménage a la possibilité d’opter pour le statut d’accédant à la propriété. Ce contrat "ancienne formule" est ouvert à l’acquisition dans le neuf comme dans l’ancien.
 
Afin de rendre la location-accession attractive pour des ménages dont les ressources sont modestes, un prêt conventionné dédié à ce type d’opérations sociales dans le neuf, le prêt social location-accession (PSLA), est créé en 2004. Ce produit présente les mêmes avantages fiscaux que le PLS (TVA à taux réduit et exonération de TFPB) et est éventuellement transférable de l’opérateur à un ménage accédant. Il peut se cumuler, sous certaines conditions, avec un PTZ+.

Un mécanisme d’accession à la propriété réservé aux plus modestes

Le PSLA s’adresse à des ménages bénéficiant de ressources modestes et ne disposant pas d’apport personnel pour entreprendre leur opération d’accession. Ces plafonds de ressources sont fixés par un arrêté en date du 2 décembre 2005, modifiés par l’arrêté du 7 avril 2009  :

Nombre de personnes destinées à occuper le logement

Zone A

Zones B

et C

1

31 250 €

23 688 €

2

43 750 €

31 588 €

3

50 000 €

36 538 €

4

56 875 €

40 488 €

5

65 875 €

44 425 €


Ces ressources seront vérifiées lors de la signature du contrat préliminaire ou, à défaut, du contrat de location-accession.
 
A compter du 1er juin 2011, les règles de prise en compte des revenus évoluent et sont alignés sur ceux du PTZ+. Pour la justification des ressources, l’accédant doit désormais fournir son avis d’impôt sur les revenus de l’année n-2 ainsi que, le cas échéant, les avis d’imposition des personnes destinées à occuper le logement et non rattachées à son foyer fiscal. Il doit comparer son revenu fiscal de référence avec le 1/10ème de la valeur de l’opération qu’il souhaite financer. Le chiffre le plus élevé des deux sera pris en compte pour s’assurer du respect du plafonds de ressources.

Lorsque ces derniers avis d’imposition ne sont pas disponibles auprès de l’administration fiscale, le ménage indique les revenus fiscaux de référence relatifs à l’année n-1, calculés sur la base des ressources déclarées ou à déclarer au titre de l’impôt sur le revenu. Il s’engage à retenir pour ce calcul les mêmes ressources que celles déclarées au titre de cet impôt. L’emprunteur a l’obligation de communiquer à l’établissement de crédit le ou les avis d’imposition correspondants dès leur réception, et au plus tard le 31 décembre de l’année de signature du contrat.

Par exception, pour les personnes soumises au régime d’imposition du forfait agricole, les ressources à prendre en compte sont celles figurant sur l’avis d’imposition complémentaire reçu au cours de l’année de signature du contrat ou, s’il n’est pas disponible, celui reçu au cours de l’année n-1.
 
Le prix de vente de chaque logement doit respecter, à compter du 1er janvier 2013, les prix plafonds suivants :

Zone géographique

Prix maximum HT

Zone A

4 145 €

Zone B1

2 780 €

Zone B2

2 426 €

Zone C

2 123 €


Ces plafonds se comprennent au m² de surface utile, cette dernière pouvant être augmentée dans la limite de 6 m² de la moitié de la surface du garage ou de l’emplacement réservé au stationnement des véhicules annexé au logement et faisant l’objet d’une jouissance exclusive par l’accédant.

La phase dite "locative"
 
Pendant toute la durée de la première phase de l’opération, le logement est la propriété de l’opérateur. Le locataire-accédant verse une redevance constituée d’une indemnité d’occupation, des charges et d’une part assimilable à une épargne et imputable sur le prix du logement. Le ménage bénéficie de l’APL accession basée sur la redevance, conformément à la législation actuelle.

Le ménage peut, quand il le souhaite (selon les termes apportées dans le contrat de location-accession), soit se porter acquéreur de son logement, soit informer l’opérateur de son souhait de ne pas lever l’option. Dans ce dernier cas, et seulement si l’opérateur lui en laisse la possibilité, il peut bénéficier d’un maintien dans les lieux avec le statut de locataire.

Durant la phase locative, l’indemnité d’occupation de la redevance est plafonnée en référence aux plafonds suivants (en m² de SU éventuellement augmentée, dans la limite de 6m², de la moitié des surfaces du garage ou de l’emplacement réservé au stationnement des véhicule et annexé au logement et faisant l’objet d’une jouissance exclusive par l’accédant). Au 1er janvier 2013, les valeurs en vigueur sont les suivantes :
 
Plafond part locative Zone Abis Zone A Zone B1 Zone B2 Zone C
(en €/m² SU/mois) 12,95 9,95 8,57 8,22 7,64
 
Cette indemnité peut être révisée à chaque date anniversaire du contrat de location-accession, dans la limite de la variation de la moyenne sur quatre trimestres de l’IRL à compter du dernier indice publié à la date de signature du contrat.

La levée d’option et la phase d’accession

Lorsque le ménage le souhaite, et selon les dispositions prévues par le contrat de location-accession, il peut lever l’option.
 
Dans ce cas, le prix de cession du logement correspond au prix fixé dans le contrat de location-accession minoré :
    • pour les contrats conclus avant le 7 avril 2009 : à chaque date anniversaire du contrat d’au moins 1,5%,
    • pour les contrats conclus à compter du 7 avril 2009 : à chaque date anniversaire de l’entrée dans les lieux d’au moins 1%..
L’opérateur doit disposer de l’engagement d’un établissement de crédit de proposer à l’accédant un ou plusieurs prêts conventionnés qui permettent de financer le transfert de propriété et dont la charge totale de remboursement n’excède pas, au moment de la levée d’option, le montant de la redevance versée au titre du mois précédant le transfert de propriété. Il peut s’agir du transfert du PSLA accordé initialement à l’opérateur.

L’établissement de crédit sera également amené à vérifier que le ménage accédant présente des garanties de solvabilité suffisantes au moment de la levée d’option.

Dans le cas où l’organisme aurait contracté des prêts du 1% logement, il est prévu que ceux-ci soient remboursés par anticipation, au moment de la levée d’option, et que les ménages salariés puissent également bénéficier, en phase accession, de prêts du 1% logement, dont les caractéristiques seront modulées en fonction de leurs revenus.

Les avantages fiscaux (TVA à taux réduit et exonération de TFPB pour la durée à courir) étant maintenus pour le ménage, celui-ci bénéficie, dans le cadre de ce dispositif, de conditions financières nettement plus avantageuses que celles qu’il aurait connues en accession directe. Dès la levée d’option, le ménage, devenu pleinement accédant à la propriété, est redevable des charges d’accession.

Si le ménage n’est pas en mesure de lever l’option au terme du contrat de location-accession et si ses ressources sont inférieurs aux plafonds PLUS, l’opérateur doit lui proposer trois offres successives de relogement dans le parc locatif social. En cas d’acceptation, le ménage est dispensé de la procédure d’attribution en vigueur dans le parc Hlm.

Les mécanismes fiscaux du PSLA

Le PSLA permet à l’opérateur de bénéficier de la TVA à taux réduit en livraison à soi-même et d’une exonération de TFPB pendant 15 ans à partir de la construction du logement. Ces avantages sont liés à l’existence d’un agrément portant sur des plafonds de ressources et des plafonds de l’indemnité d’occupation.

L’agrément est délivré par le préfet de département ou le délégataire des aides à la pierre, au vu d’un dossier proche des dossiers PLS (voir la note "Comment demander l’agrément PSLA"). Une convention lie l’Etat et l’opérateur et précise notamment le respect des plafonds de ressources, de loyer et de prix de cession lors de la levée d’option.
 
Dans un délai maximum de 18 mois après la déclaration d’achèvement des travaux du programme concerné, les contrats de location-accession signés ainsi que les justificatifs des conditions de ressources des accédants sont transmis par l’opérateur au Préfet qui lui notifie la liste des logements bénéficiant à titre définitif de l’agrément.

De ce fait, l’opérateur se réserve, lors de la délivrance de l’agrément, une enveloppe d’agréments qu’il est libre ou non de mobiliser. Une même opération pourra donc concerner des ménages bénéficiaires du Psla et d’autres qui n’auront pas accès à ce financement (accession directe ou locatif social).

La sécurisation Hlm

Les opérateurs sont tenus de proposer la sécurisation Hlm (garanties de rachat et relogement sur 15 ans) au moment de la levée d’option. Cette sécurisation doit figurer dans les contrats de location-accession et les contrats de vente.

Sous réserve que le logement soit toujours occupé à titre de résidence principale, le ménage peut, par lettre recommandée, mettre en jeu la garantie de rachat dans les 15 ans à compter de la levée d’option dans un délai d’un an suivant la survenance d’un des faits générateurs suivants :
 
- décès,
- décès d’un descendant direct faisant partie du ménage,
- mobilité professionnelle impliquant un trajet de plus de 70 km entre le nouveau lieu de travail et le logement financé,
- chômage d’une durée supérieure à un an attestée par l’inscription à l’Agence nationale pour l’emploi,
- invalidité reconnue soit par la carte d’invalidité prévue à l’article 173 du code de la famille et de l’aide sociale, soit par la décision de la commission technique d’orientation et de reclassement professionnel (COTOREP),
- divorce,
- dissolution d’un pacte civil de solidarité.

En cas de mise en jeu, l’opérateur s’oblige à racheter le logement dans les conditions suivantes :
 
- dans les 5 premières années à compter de la date de levée d’option, le prix est égal au prix de vente du logement à la levée d’option,
- de la 6ème à la 15ème année à compter de la date de levée d’option, le prix est égal au prix de vente du logement à la levée d’option, minoré de 2,5% par année écoulée.

Ce prix est minoré, le cas échéant, des frais de réparation nécessaires à une nouvelle occupation et justifiés par la production des factures correspondantes.

La garantie de relogement est mise en œuvre dans les mêmes conditions dès lors que le ménage a des ressources inférieures aux plafonds Hlm.
 
La garantie de relogement consiste à proposer au ménage trois offres de relogement correspondant à ses besoins et ses possibilités, dans un délai de six mois à compter de la demande de mise en jeu de ladite garantie, par lettre recommandée avec demande d’avis de réception. Le ménage dispose d’un délai d’un mois à compter de la dernière offre pour l’accepter. A l’expiration de ce délai, si le ménage n’a pas accepté l’une des trois offres, la garantie cesse de s’appliquer.
 
Attention  : un organisme d’Hlm ne peut s’engager à apporter ces garanties de sécurisation qu’à des ménages ayant acquis un logement PSLA construits sous maîtrise d’ouvrage d’un organisme d’Hlm.

Les conditions de refinancement du prêt

Afin que les ménages puissent bénéficier d’un taux privilégié équivalent à celui du prêt locatif social (PLS), le PSLA peut être refinancé sur la ressource du Livret A.

Dans ce cas, le prêt est distribué dans le cadre d’une procédure d’habilitation. Pour 2012, 4 établissements bancaires ont été habilités : le Crédit Mutuel, le Crédit Coopératif, le Crédit Agricole, la Caisse d’épargne (voir ici).
 
Les établissements bancaires habilités à distribuer des prêts conventionnés peuvent également refinancer les PSLA sur leurs ressources propres.

Dans tous les cas, la mensualité de remboursement à la charge de l’accédant lors de la levée d’option, s’il accepte le financement qui lui est proposé par l’établissement bancaire partenaire, ne pourra excéder le montant de la redevance versée au titre du mois précédant le transfert de propriété.
Documents associés Documents associés
A voir sur le net A voir sur le net
   
Version imprimable de cet article
envoyer l'article par mail
réduire
augmenter
Sur le même thème Sur le même thème
 Plafonds de ressources pour l’accès au logement locatif social en 2014
 Les financements PSLA en 2013
 Coop Option, l’outil de simulation des opérations PSLA
 Questions/réponses sur le PSLA
 Plafonds de revenus et de prix de l’accession coopérative en 2014
Lire aussi Lire aussi
 Coop Option, l’outil de simulation des opérations PSLA
 Questions/réponses sur le PSLA
 Les financements PSLA en 2013
 Les conditions d’interventions du 1% Logement dans le financement des PSLA
 La base documentaire du PSLA
about pharmatec pakistan sustanon more buy cipro ciprofloxacin without no prescription buy azithromycin online cheap more best nexium price qutipin without a prescription nexium tabs amlodac canada http://affaires-strategiques.info/?buy=73220 memantine adhd in uk omeprazole cheap cheap bupropion rifaximin to buy about norvasc 50 mg lipitor india in usa buy acamprosate in mexico ciplactin for information about prednisolone uk http://affaires-strategiques.info/?buy=842045 buy zocor generic in mayami information tenofovir gel norvasc overnight http://affaires-strategiques.info/?buy=451038 buy amitriptyline http://affaires-strategiques.info/?buy=857388 bimatoprost generic latisse 80 mg simvastatin norvasc in mexico more info flagyl 500 information ciprofloxacin 1000mg budeprion xl 150mg http://affaires-strategiques.info/?buy=329165 ranitidine hcl 150 mg simvastatin purchase uk fluticasone propionate oral inhaler flagyl pills buy sustanon 250 visa lipitor tablet canada pharmacy generic femara more info about bupropion price melanocyl for sale fluconazole tablets super p force cheap buy caberlin without a prescription bulk sorafenib bupropion capsules blue ciprofloxacin hcl 500 mg lipitor 20mg tab rogaine shampoo amazon buy gleevec in uk memantine drug generic for baclofen in france http://affaires-strategiques.info/?buy=697985 information about buy orlistat 120mg purchase lipitor cheap acamprol fluticasone propionate palpatations discount olanzapine dilantin 100mg in california pharmacy bactrim in new york http://affaires-strategiques.info/?buy=341140 http://affaires-strategiques.info/?buy=798449 fluconazole otc in mexico http://affaires-strategiques.info/?buy=348378 http://affaires-strategiques.info/?buy=852623 http://affaires-strategiques.info/?buy=69058 order atomoxetine sustanon 250mg price in usa more drug piracetam